Sunday, December 15, 2019
Home > ACTUALITÉS > L’œil utilise des récepteurs NMDA pour détecter le mouvement

L’œil utilise des récepteurs NMDA pour détecter le mouvement

Nos yeux transmettent constamment des informations sur le monde qui nous entoure à notre cerveau où l’information est assemblée en objets que nous reconnaissons. Ce processus vient d’être expliqué dans une étude effectuée récemment sur les souris à l’Institut National des Scientifiques de Santé aux Etats-Unis. L’étude a montré comment un type de neurone utilise des signaux électriques et chimiques pour distinguer des objets mobiles. L’étude suggère que ce sont les récepteurs NMDA, des protéines normalement associées à l’apprentissage et la mémoire, qui aident les neurones dans l’œil et le cerveau à relayer l’information. Dr Jeffrey S. Diamond, auteur principal de l’étude et membre de l’Institut National des Désordres Neurologiques et de l’Accident Vasculaire Cérébral (NINDS), explique : « Nos résultats montrent comment les neurones dans l’œil et le cerveau peuvent utiliser des récepteurs NMDA pour les aider à distinguer l’information pertinente du bruit de fond non pertinent ». En effet, la vision commence lorsque la lumière entre dans l’œil et arrive au niveau de la rétine à l’arrière du globe oculaire. Les neurones de la rétine convertissent la lumière en signaux nerveux qui sont ensuite envoyés au cerveau. Des rétines isolées de souris ont été utilisées pour étudier des neurones appelés cellules ganglionnaires rétiniennes directionnelles sélectives (DSGC), qui sont connus pour intercepter et envoyer des signaux au cerveau en réponse à des objets se déplaçant dans des directions spécifiques à travers l’œil. Des enregistrements électriques ont montré que certaines de  ces cellules ont été activées lorsqu’un faisceau de lumière traversait la rétine de gauche à droite, tandis que d’autres répondaient à la lumière qui traversait dans la direction opposée.

Des études antérieures ont suggéré que ces réponses uniques sont contrôlées par des signaux entrants envoyés par des cellules voisines via une communication chimique appelés synapses. Les récepteurs NMDA sont des protéines qui génèrent des signaux électriques en réponse à des signaux neurochimiques. Lorsqu’ils sont activés, ils permettent aux ions chargés électriquement de s’écouler dans et hors de cellules à travers un canal spécifique. Dans cette étude, il a été découvert que l’activité des récepteurs NMDA via un ensemble de synapses peut déterminer si les DSGC envoient des informations sensibles au cerveau. D’autres expériences ont révélé comment le magnésium des récepteurs NMDA peut réguler l’activation des DSGC. « À l’avenir, nous prévoyons d’examiner si ce processus contribue à d’autres aspects de la vision », note enfin  Dr Diamond.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *