Thursday, September 19, 2019
Home > OPTIQUE > L’impact des prises de mesure sur l’adaptation des verres progressifs

L’impact des prises de mesure sur l’adaptation des verres progressifs

Notre ADN est unique, et nos yeux le sont aussi. Une prise de mesures précise et complète constitue une étape fondamentale pour nous permettre d’exploiter notre potentiel visuel à 100 %. A ce sujet, un atelier scientifique a été organisé par le Syndicat des Opticiens Optométristes de Salé le samedi 15 avril 2017, et animé par Mme Jihane Firdaoussi, opticienne optométriste formatrice.
Voici un aperçu du séminaire :

L’anamnèse est une démarche à ne pas négliger : connaitre l’âge, l’activité du client, ses besoins visuels, ses plaintes, ses antécédents généraux et oculaires est une mine d’informations qui, une fois analysées, nous permettent de cibler efficacement les besoins visuels du client et ainsi de mieux le conseiller. S’ajoute à cette phase, la bonne analyse de la prescription : date, type d’amétropie, anisométropie, amblyopie…

Vient ensuite la partie à laquelle nous nous sommes profondément intéressés durant cet atelier scientifique, à savoir les prises de mesure. Il est important de rappeler qu’une bonne prise de mesure est primordiale dans la réalisation d’un équipement visuel. En plus de répondre à un certain nombre de critères morphologiques, elle permet une adaptation saine et rapide des verres correcteurs. Nous nous sommes penchés sur les prises de mesure à réaliser pour un équipement en verres progressifs.

Les demis-écarts pupillaires : Ils se mesurent à l’aide d’un pupillomètre. Ils permettent de centrer le verre sur le plan horizontal.En effet, le centre optique du verre doit correspondre au centre optique de l’œil. Le pupillomètre à reflets cornéens permet d’obtenir une mesure précise de ce centre au millimètre près. Mme Jihane Firdaoussi nous conseille vivement de prendre cette mesure en vision de loin et en vision de près, afin de détecter tout problème de vergence (insuffisance ou excès de convergence). Si le cas se présente, l’opticien pourrait dès lors conseiller un verre progressif personnalisé à Inset variable, lui permettant de modifier ainsi la position du cercle de vision de près dans le verre selon le degré de vergence du client.

La hauteur du montage : Se mesure de la pupille jusqu’au bas du calibre selon la norme Boxing. Elle permet de centrer le verre progressif verticalement et nous renseigne ainsi sur le choix du couloir de progression (court ou long). Il est conseillé de compléter cette mesure par la méthode du miroir, qui nous confirme la position de la pupille dans le verre en vision de près et nous évite un mauvais choix de la longueur du couloir.

Le galbe de la monture : Cette mesure impacte sur la position des verres une fois montés sur la monture. Lorsqu’une monture possède un galbe important, l’axe du regard n’est plus perpendiculaire au verre, ce qui génère un astigmatisme dû au fait que la lumière rentre obliquement dans le verre. Connaître cet angle permet de diminuer l’astigmatisme et le prisme induit par ce décalage.

L’angle pantoscopique : C’est l’angle entre la verticale et la face de la monture, placée sur le nez du porteur regardant en vision de loin. Un mauvais angle pantoscopique engendre des défauts d’astigmatisme.
+2° d’angle panto = -1mm de hauteur -2° d’angle panto = +1mm de hauteur
La distance vertex : Permet de connaître la distance exacte entre la face arrière du verre et l’apéx cornéen. En effet, cette distance peut faire varier la puissance du verre et apporte donc aux fabricants plus de précision sur la puissance exacte à délivrer.

La distance de lecture : Permet d’optimiser le positionnement latéral de la zone de vision de près pour plus de précision lors de la lecture prolongée. Les côtes de la monture : Représentent la mesure de la largeur, hauteur, grande diagonale et le pont, le tout selon la norme Boxing.

Ces mesures sont indispensables pour les fabricants afin de calculer le bon diamètre, optimiser les épaisseurs et surtout dégager les aberrations en dehors de la forme du calibre. L’atelier scientifique a été clôturé par des analyses de cas concrets qui ont permis aux opticiens participants de mettre en pratique les informations acquises durant ce séminaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *