Des experts de la santé visuelle répondent à la désinformation au sujet du COVID-19

Lyndon Jones, directeur du Centre for Ocular Research & Education (CORE) de l’Université de Waterloo (Canada), Philip Morgan, directeur d’Eurolens Research à l’Université de Manchester (Royaume-Uni) et Jason Nichols, vice-président adjoint de la recherche et professeur à l’Université d’Alabama à la Birmingham School of Optometry (États-Unis) et rédacteur en chef de Contact Lens Spectrum, sont des professionnels reconnus dans leur domaine. Ils ont tenu à réagir face aux fausses informations qui circulent au sujet de l’usage des lunettes et des lentilles de contact  depuis l’avènement de l’épidémie de COVID-19.

Les trois spécialistes conseillent aux professionnels de la santé visuelle et au grand public de respecter certaines pratiques fondées sur des preuves scientifiques prouvées.

1. L’utilisation de lentilles de contact est un acte maîtrisé : Malgré les mythes et la désinformation qui ont surgi au cours des 48 dernières heures, le port de lentilles de contact reste une forme de correction de la vision sure et très efficace pour des millions de personnes dans le monde.

2. Un bon lavage des mains est primordial : Lors de l’utilisation de lentilles de contact ou de lunettes, un lavage soigneux et minutieux des mains à l’eau et au savon suivi d’un séchage à la main avec des serviettes en papier inutilisées est essentiel. Pour les porteurs de lentilles de contact, cela devrait se produire avant chaque pose et retrait.

3. L’entretien rigoureux des lentilles de contact : Les porteurs de lentilles de contact doivent soit jeter leurs lentilles journalières chaque soir, soit désinfecter régulièrement leurs lentilles mensuelles ou annuelles  conformément aux instructions du fabricant et des professionnels de la santé visuelle.

4.  La désinfection  des lunettes : Certains virus tels que le Covid-19 peuvent rester sur des surfaces dures pendant des heures ou des jours, ils peuvent être transférés aux doigts et au visage des porteurs de lunettes. Cela est particulièrement vrai pour les presbytes, personnes généralement âgées de plus de 40 ans, et qui sont les plus vulnérables au COVID-19. Il faut donc veiller à décontaminer les lunettes à chaque fois qu’elles sont en contact avec une surface potentiellement infectée.

5. L’arrêt du port de lentilles de contact en cas de maladie : Il est conseillé d’arrêter de porter des lentilles de contact en cas de maladie, conformément aux directives pour d’autres types de maladie.

6. Les lunettes ne protègent pas du Corona Virus : Il n’y a aucune preuve scientifique que le port de lunettes ou de lentilles de contact offre une protection contre le COVID-19 ou d’autres transmissions virales.

7- Respecter les règles d’hygiène d’usage émises par les autorités compétentes : Se laver les mains à l’eau et au savon pendant au moins 20 secondes, surtout après avoir été dans un lieu public, ou après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, reste le moyen le plus sûr de ne pas se contaminer soi-même ou de ne pas transférer le virus à une personne tierce. Si le savon et l’eau ne sont pas facilement disponibles, utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 pour cent d’alcool. Couvrez toutes les surfaces de vos mains et frottez-les ensemble jusqu’à ce qu’elles soient sèches. Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains non lavées. Enfin, utilisez des lunettes de protection individuelles approuvées (masques médicaux, lunettes ou écrans faciaux) dans certains milieux impliqués dans les soins aux patients.

Source: The Association of British Dispensing Opticians

Une consultation par télé-ophtalmologie à l’aide d’un Smartphone 5G

Selon le site «Optometry today», un système de télé-ophtalmologie mis au point par l’Université de Strathclyde et le NHS Forth Valley a été utilisé pour examiner à distance un œil à l’aide d’un Smartphone connecté en 5G. L’image a été transmise en direct de Londres à l’ophtalmologue consultant du NHS Forth Valley, Iain Livingstone, à Édimbourg. « Lors de cette consultation, nous avons démontré son efficacité et sa valeur en tant qu’outil de diagnostic et de prise de décision », a souligné Dr Mario Giardini, de l’Université de Strathclyde. La télémédecine devrait bientôt atteindre la même clarté que les consultations en personne, ce qui favorisera l’égalité d’accès aux soins de santé dans les zones reculées.