Éclairage sur la cataracte par le Dr Abdellatif BADAOUI

La plupart des patients chez qui on a diagnostiqué une cataracte se posent souvent beaucoup de questions à propos de l’intervention. Pour essayer de clarifier vos doutes quant à ce type de chirurgie, nous avons demandé au Dr A. BADAOUI « Ex enseignant à la faculté de médecine de Casablanca et Spécialiste de la cataracte » de répondre aux questions les plus fréquentes sur ce type de maladie.

abdellatif-badaouiActuellement on intervient dès que le patient est gêné dans ses activités quotidiennes, on n’attend plus qu’il devient malvoyant .

Qu’est-ce qu’une cataracte ? La cataracte est l’opacification du cristallin, lentille placée à l’intérieur de l’œil en arrière de la pupille, par où passe la lumière. A l’état normal, le cristallin est transparent et permet de focaliser l’image sur la rétine : c’est le phénomène d’accommodation. Vers l’âge de 40 ans, il perd cette propriété, ce qui entraîne la presbytie (difficulté de lire de près). L’opacification du cristallin engendre une vision brouillée. L’opération de la cataracte est la chirurgie la plus pratiquée dans le monde toutes chirurgies confondues. Elle a bénéficié de beaucoup de progrès tant sur le plan technique, que sur le plan de l’anesthésie et des implants. La chirurgie de la cataracte est assimilée dans certains cas à de la chirurgie réfractive.

Quelles sont les causes de la cataracte ? La principale cause est le vieillissement : la cataracte sénile survient après la cinquantaine, parfois plus tôt. Il existe des facteurs favorisants : hérédité, facteurs nutritionnels (malnutrition, alcool, tabac…), des facteurs d’environnement (exposition aux UV, pollution…), mais aussi certaines maladies oculaires (myopie, uvéite, glaucome), des maladies générales (diabète, insuffisance rénale…), ou des causes traumatiques. Enfin les cataractes congénitales sont fréquentes.

Quels sont les signes de la cataracte ? Essentiellement une baisse progressive de la vision de loin non corrigeable par des verres correcteurs, la vision de près restant longtemps possible. Cette baisse de vision s’accompagne souvent d’un éblouissement, de brouillard, de modification de la vision des couleurs, parfois d’une vision double. L’évolution de l’opacification du cristallin peut se faire sur des années.

Comment traiter la cataracte ? Actuellement le seul traitement de la cataracte est la chirurgie malgré la multitude de collyres et de traitements par voie générale commercialisés. Cette chirurgie consiste à retirer le cristallin opacifié et à le remplacer par un implant intraoculaire. On assiste à une augmentation du nombre de ce type d’opérations et ce, pour de multiples raisons : – L’amélioration des techniques chirurgicales – Le vieillissement de la population…

Quel bilan faut-il pratiquer avant l’opération ? Examen ophtalmologique complet : tension oculaire, état de la cornée, de la rétine, du nerf optique… – Echographie oculaire pour le calcul de la puissance de l’implant. – Une consultation chez l’anesthésiste est indispensable.

Quel type d’anesthésie choisir ? La quasi-totalité des patients sont opérés sous anesthésie locale, soit par collyres (topique), soit par anesthésie péribulbaire avec l’aide d’une prémédication qui supprime toute anxiété. Rarement on a recours à l’anesthésie générale chez l’adulte. Cette chirurgie se pratique en ambulatoire, une hospitalisation de 2 à 4 heures est suffisante avec un contrôle le lendemain.

Quand réaliser l’opération ? On n’attend plus actuellement que la cataracte soit mure et le patient malvoyant. En général on intervient dès que le patient est gêné dans ses activités quotidiennes.

Comment opère-t-on la cataracte ? La chirurgie de la cataracte a connu d’énormes progrès ces dernières décennies. En effet, dans les années 70, l’extraction intracapsulaire était la règle, puis elle a été supplantée par l ‘extraction extracapsulaire et surtout l’apparition de l’implantation oculaire qui a révolutionné cette chirurgie. L’extraction extracapsulaire est encore pratiquée de nos jours. Cependant les années 90 ont vu l’invention de la phacoémulsification qui a transformé le pronostic de cette affection avec l’utilisation de nouveaux implants qui s’injectent à travers de petites incisions. La chirurgie se passe sous microscope opératoire qui permet une grande précision dans les gestes. La phacoémulsification se fait grâce aux ultrasons qui permettent de fragmenter le cristallin opacifié à l’intérieur de son sac et le remplacer par un implant dont la puissance a été préalablement calculée. Actuellement on parle de phacolaser qui n’a pas encore démontré sa supériorité par rapport à la phacoémulsification usuelle d’autant qu’elle est plus longue et plus coûteuse.

De quels types d’implants dispose-t-on ? La plupart des patients sont équipés d’implants monofocaux essentiellement pour améliorer la vision de loin. Cependant on peut utiliser des multifocaux qui assurent une vision de loin et de près. Parfois on a recours aux implants toriques pour corriger un astigmatisme cornéen préexistant. Quels soins après la chirurgie ? Le patient quitte la structure où il a été opéré avec un pansement oculaire qui peut être retiré quelques jours plus tard et une ordonnance comportant des collyres antibiotiques et anti-inflammatoires. Un rendez-vous le lendemain lui sera signifié.

la cataracte est assimilée dans certains cas à de la chirurgie réfractive.

Quelles sont les causes de la cataracte ? La principale cause est le vieillissement : la cataracte sénile survient après la cinquantaine, parfois plus tôt. Il existe des facteurs favorisants : hérédité, facteurs nutritionnels (malnutrition, alcool, tabac…), des facteurs d’environnement (exposition aux UV, pollution…), mais aussi certaines maladies oculaires (myopie, uvéite, glaucome), des maladies générales (diabète, insuffisance rénale…), ou des causes traumatiques. Enfin les cataractes congénitales sont fréquentes.

Quels sont les signes de la cataracte ? Essentiellement une baisse progressive de la vision de loin non corrigeable par des verres correcteurs, la vision de près restant longtemps possible. Cette baisse de vision s’accompagne souvent d’un éblouissement, de brouillard, de modification de la vision des couleurs, parfois d’une vision double. L’évolution de l’opacification du cristallin peut se faire sur des années.

Comment traiter la cataracte ? Actuellement le seul traitement de la cataracte est la chirurgie malgré la multitude de collyres et de traitements par voie générale commercialisés. Cette chirurgie consiste à retirer le cristallin opacifié et à le remplacer par un implant intraoculaire. On assiste à une augmentation du nombre de ce type d’opérations et ce, pour de multiples raisons : – L’amélioration des techniques chirurgicales – Le vieillissement de la population…

cataracte2

Quel bilan faut-il pratiquer avant l’opération ? Examen ophtalmologique complet : tension oculaire, état de la cornée, de la rétine, du nerf optique… – Echographie oculaire pour le calcul de la puissance de l’implant. – Une consultation chez l’anesthésiste est indispensable.

Quel type d’anesthésie choisir ? La quasitotalité des patients sont opérés sous anesthésie locale, soit par collyres (topique), soit par anesthésie péribulbaire avec l’aide d’une prémédication qui supprime toute anxiété. Rarement on a recours à l’anesthésie générale chez l’adulte. Cette chirurgie se pratique en ambulatoire, une hospitalisation de 2 à 4 heures est suffisante avec un contrôle le lendemain.

Quand réaliser l’opération ? On n’attend plus actuellement que la cataracte soit mure et le patient malvoyant. En général on intervient dès que le patient est gêné dans ses activités quotidiennes.

Comment opère-t-on la cataracte ? La chirurgie de la cataracte a connu d’énormes progrès ces dernières décennies. En effet, dans les années 70, l’extraction intracapsulaire était la règle, puis elle a été supplantée par l ‘extraction extracapsulaire et surtout l’apparition de l’implantation oculaire qui a révolutionné cette chirurgie. L’extraction extracapsulaire est encore pratiquée de nos jours. Cependant les années 90 ont vu l’invention de la phacoémulsification qui a transformé le pronostic de cette affection avec l’utilisation de nouveaux implants qui s’injectent à travers de petites incisions. La chirurgie se passe sous microscope opératoire qui permet une grande précision dans les gestes. La phacoémulsification se fait grâce aux ultrasons qui permettent de fragmenter le cristallin opacifié à l’intérieur de son sac et le remplacer par un implant dont la puissance a été préalablement calculée. Actuellement on parle de phacolaser qui n’a pas encore démontré sa supériorité par rapport à la phacoémulsification usuelle d’autant qu’elle est plus longue et plus coûteuse.

De quels types d’implants dispose-t-on ? La plupart des patients sont équipés d’implants monofocaux essentiellement pour améliorer la vision de loin. Cependant on peut utiliser des multifocaux qui assurent une vision de loin et de près. Parfois on a recours aux implants toriques pour corriger un astigmatisme cornéen préexistant. Quels soins après la chirurgie ? Le patient quitte la structure où il a été opéré avec un pansement oculaire qui peut être retiré quelques jours plus tard et une ordonnance comportant des collyres antibiotiques et anti-inflammatoires. Un rendez-vous le lendemain lui sera signifié.

cataracte3

Quel résultat peut-on attendre après une opération de la cataracte ? La récupération que l’on peut espérer dépend de l’état de la rétine et du nerf optique : quand ils sont normaux, la récupération visuelle est excellente.

Quelles sont les complications possibles de la chirurgie de la cataracte ? Toute chirurgie comporte un risque. Les complications peuvent être liées aux difficultés rencontrées pendant l’opération ou par une réaction néfaste de l’œil en post-opératoire. La complication la plus crainte est l’infection, l’endophtalmie, (3 pour mille dans les meilleurs centres), mais d’autres incidents peuvent survenir de type inflammation, déplacement de l’implant, œdème de cornée, œdème de rétine, parfois un décollement de rétine. La cataracte peut-elle se reproduire ? En effet, quelques mois, voire quelques années plus tard, la capsule postérieure peut s’opacifier : c’est ce qu’on appelle la cataracte secondaire. Il s’agit d’une évolution normale et non d’une complication. Son traitement repose sur le laser Yag qui permet de nettoyer la capsule et de rétablir ainsi la vision.

cataracte4