Des médecins ont signalé le premier cas de perte permanente d’acuité visuelle qui «pourrait avoir été induite par le SARS-CoV-2».Dans une étude publiée dans JAMA Ophtalmology, des ophtalmologistes français du centre hospitalier régional de Metz-Thionville, de l’Université de Lorraine et de l’hôpital Mercy de Metz,ont diagnostiqué une neuropathie oculaire sévère provoquée par une inflammation associée à une panuvéite induite par le SARS-CoV-2.

Le sujet en question est une femme, âgée d’une cinquantaine d’années, qui avait été hospitalisée pour une pneumonie bilatérale sévère et testée positive au SARS-CoV-2. Un jour après son admission, elle souffrait d’une vision floue dans un œil et de douleurs oculaires temporaires.Un mois et demi après l’apparition des symptômes, l’acuité visuelle restait inchangée et un examen du fond d’œil a révélé une atrophie papillaire sévère.

Les auteurs ont expliqué que « même si une atteinte du système nerveux central (par exemple méningo-encéphalite) a été rapportée chez des patients infectés par le SARS-CoV-2, elle ne pouvait pas expliquer ces résultats, car l’imagerie par résonance magnétique crânienne avait des résultats négatifs». Avant de conclure que « bien qu’il reste possible que ces manifestations soient idiopathiques, l’association entre l’infection par le SARS-CoV-2, les manifestations oculaires et le manque d’antécédents similaires soutient la possibilité que le SARS-CoV-2 ait provoqué l’inflammation oculaire neuropathique dans ce cas ».