L’intelligence artificielle est bien adaptée à l’ophtalmologie, ces sous-spécialités riches en données et en images fournissent de grandes quantités d’informations facilement exploitables par le biais de l’apprentissage automatique (Machine Learning). Cette possibilité a poussé, des chercheurs  de l’Université de Berne et de l’Inselspital, en collaboration  avec une start-up spécialisée en applications utilisant l’intelligence artificielle pour l’ophtalmologie, à mener une étude sur la capacité de l’IA à prédire la fréquence de consultations pour des patients souffrant  de maladies oculaires chroniques.

Trois maladies oculaires chroniques ont fait l’objet de cette étude: la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), l’Occlusion veineuse rétinienne (OVR) ainsi que la Rétinopathie diabétique. Ces pathologies nécessitent des examens réguliers et des injections dans l’œil par des spécialistes de la rétine pour prévenir la cécité. Afin de  ralentir leur progression, ces maladies sont traitées régulièrement  par des injections d’un facteur de croissance endothélial anti-vasculaire (anti-VEGF) dans l’œil. Pour veiller au bon déroulement du processus thérapeutique,  les ophtalmologistes  doivent  s’assurer de voir leurs patients  assez souvent  pour ne pas  manquer de changements importants.

L’étude a examiné les données OCT de 340 patients atteints de DMLA et de 285 patients atteints d’OVR ou RD, traités par anti-VEGF à l’Inselspital entre 2014 et 2018. Sur la base de caractéristiques morphologiques extraites automatiquement des volumes OCT au départ et après deux visites consécutives, ainsi que les informations démographiques des patients, deux modèles d’apprentissage automatique ont été mis en point pour prédire la probabilité de la demande de fréquence de traitement à long terme d’un patient (un pour la DMLA et un pour la OVR et la RD). Sur la base des trois premières visites, il était possible de prédire si un patient avait une demande de traitement faible ou élevée pour les groupes DMLA et OVR & RD avec une précision élevée. L’étude a même  révélé qu’il était possible de prédire, lors de la visite initiale avant même la première injection, de la quantité et de la fréquence des injections pour chaque  patient.

 Planifier la fréquence de traitement idéale pour chaque patient présente plusieurs avantages. Premièrement, les patients peuvent être assurés que leur maladie est traitée de la meilleure façon possible sans avoir à subir de fréquentes visites et des injections inconfortables dans l’œil. Deuxièmement, une planification individualisée peut aider les cliniques à faire face à un nombre de patients en constante augmentation et à utiliser au mieux les compétences et les infrastructures médicales spécialisées. Troisièmement, une planification objective permet d’éviter une offre excédentaire, d’améliorer la rentabilité et de réduire les dépenses globales.